Les appuis

En mouvement

Le mouvement en faveur d’un salaire minimum à 15$ a besoin de tous les témoignages d’appui possibles. Voici quelques organismes et groupes qui ont clairement pris position en faveur d’un salaire minimum viable et décent au Québec. Faites partie du mouvement, engagez l’institution ou l’entreprise pour laquelle vous travaillez!

Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC-Québec)

L'AFPC-Québec et ses membres se mobilisent pour ce principe qu'est un salaire minimum à 15$. Déjà, les travailleuses et les travailleurs au Vieux-Port de Montréal revendiquent le droit de vivre dignement.

Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ)

La FTQ est fière d'appuyer sans réserve le mouvement Minimum 15$.

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC)

L’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) appuie l’établissement du salaire minimum à 15$ parce que c’est le moyen le plus simple et direct d’aider des centaines de milliers de travailleurs à sortir de la pauvreté et de réduire les inégalités de notre société.

Syndicat des Métallos

Les Métallos endossent à 100 % le principe d’un salaire minimum décent à 15 $. C’est bon pour tous les travailleurs et pour l’économie de nos régions. Tout le monde en ressortirait gagnant.

Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)

Le syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) mène une campagne pour augmenter le salaire minimum à 15$ parce que tout le monde a le droit de bien vivre.

Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB-Québec )

Le SEPB-Québec adoptait à son dernier congrès triennal en novembre 2015 une résolution en faveur de l’augmentation du salaire minimum à 15$ et pour appuyer les initiatives syndicales visant à promouvoir cet objectif.

Nous sommes fiers d’appuyer sans réserve cette campagne.

Syndicat québécois des employées et employés de service (SQEES-298)

Les membres du SQEES-298 se mobilisent pour l'atteinte d'un salaire minimum à 15$. Par notre campagne dans les résidences privées pour personnes aînées, nous volons démontrer que c'est possible.

Syndicat des Teamsters

Il n’est pas nécessaire d’être un expert en comptabilité pour comprendre que le salaire minimum actuel est insuffisant. Le syndicat des Teamsters se joint à la FTQ et demande au gouvernement de hausser le salaire minimum à 15 $/heure afin de lutter contre les inégalités et bâtir un pays plus juste.

Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC QUÉBEC)

Pour le syndicat des TUAC, offrir un salaire minimum de 15$ l’heure c’est renforcer notre économie!

Unifor

Le syndicat Unifor appuie la campagne pour un salaire minimum à 15$ afin de garantir un meilleur niveau de vie aux travailleuses et travailleurs de toutes les régions et industries au Québec.

Témoignages

Vous avez quelque chose à dire sur ce sujet? Une expérience à partager? Un mot d’encouragement? Envoyez-nous votre mot avec une photo : info@minimum15.quebec

Alexandre Taillefer

Associé principal chez XPND capital

« De plus en plus d’économistes réalisent que la morosité dans laquelle est plongée notre économie est directement reliée aux inégalités croissantes présentes en occident. L’augmentation du salaire minimum à 15$ est une réponse nécessaire à la morosité actuelle. »

Source: Le Journal de Montréal

Richard Belhumeur

Président du SQEES-298

«Dans une société riche comme la nôtre, il est inadmissible qu'on ne puisse pas assurer un salaire décent à toutes et tous. Un salaire minimum de 15$ permet à peine de sortir la tête de l'eau. Ensemble, c'est possible.»

Source: SQEES-298

Daniel Boyer

Président de la FTQ

«Les inégalités ne cessent d’augmenter et les programmes sociaux offrent une réponse incomplète à ce problème. La véritable solution est du côté d’un emploi décent qui offre un salaire viable, stable et source de dignité»

Source: FTQ

Serge Cadieux

Secrétaire général de la FTQ

«Ce n’est pas acceptable qu’un emploi à temps plein place une personne sous le seuil de faible revenu. C’est une mauvaise politique publique. D’un côté, elle crée de l’appauvrissement, de l’autre, elle ne suscite pas réellement de création d’emploi.»

Source: FTQ

Marcelle Perron

Vice-présidente représentant les femmes à la FTQ

Selon le dernier portrait statistique paru sur le site du Conseil du statut de la femme le 5 mai 2016, il existe encore une différence de 30% entre les salaires des femmes et des hommes non diplômés au Québec. Encore aujourd’hui les femmes se retrouvent dans des emplois à prédominances féminines et à statut précaire. Elles doivent parfois concilier deux ou trois emplois au salaire minimum pour joindre les deux bouts. Voilà pourquoi je salue cette campagne pour un salaire décent de 15$ l’heure, cela aiderait les femmes à se sortir de la pauvreté.

Source: FTQ

Magali Picard

Vice-présidente exécutive pour le Québec de l'AFPC

«Le salaire minimum actuel crée un appauvrissement chez les travailleuses et travailleurs, même si ceux-ci travaillent à temps complet. Un salaire minimum à 15$ redonnera un peu de dignité à celles et ceux qui ne peuvent joindre les deux bouts.»

Source: AFPC