Mythes et réalités

Mythes?

Réalités?

Mettons les choses au clair!

Mettons les choses au clair!

Le débat public sur le salaire minimum n’est pas toujours facile à comprendre. Les arguments économiques semblent justifier une chose et son contraire. Qui dit vrai? Qui dit faux? Découvrez-le plus bas et posez-nous vos questions grâce à la Foire aux questions.

Les emplois au salaire minimum, il n'y a que les étudiants qui les occupent.

Faux

Saviez-vous que 50% des employés recevant le salaire minimum ne sont pas aux études? La majorité de ces personnes ont plus de 25 ans et une forte proportion possède déjà un diplôme d’études post-secondaires.

Augmenter le salaire minimum causera des pertes d'emplois.

Faux

Bien que ce soit une théorie répandue, il n’y a pas de consensus scientifique sur la question. Dans les faits, les hausses de salaire minimum n’ont pas eu les effets catastrophiques annoncés par les prophètes de malheur. Un an après de fortes hausses de salaire minimum, l’emploi se porte très bien à Seattle. Des entrepreneurs qui s’étaient à l’origine opposés à la hausse s’en servent maintenant pour attirer de la main-d’œuvre.

Au Québec, le salaire minimum a connu trois hausses consécutives de 0,50$ entre 2007 et 2010, la plus forte hausse enregistrée depuis plusieurs années. À la fin de cette séquence, l’ISQ a observé qu’il n’y avait pas eu de baisse du nombre d’emplois au salaire minimum. Au contraire, les secteurs où ils sont très présents avaient enregistré des profits supérieurs aux attentes.

S’il adoptait un salaire minimum à 15 $, le Québec ferait exception en Amérique du Nord.

Faux

Plusieurs grandes villes américaines hausseront graduellement leur salaire minimum, parfois jusqu’à 13 $, parfois jusqu’à 15 $. Récemment, les États de Californie et de New York prévoient augmenter leur salaire minimum à 15 $ pour 2021. Au Canada, l’Alberta a adopté un plan amenant graduellement le salaire minimum à 15 $ en 2018. Sans vouloir atteindre nécessairement 15 $, le salaire minimum en Ontario est actuellement de 11,25 $ à la suite d’une importante hausse. De plus, il sera à l’avenir indexé annuellement.

Les petites et moyennes entreprises du Québec ne peuvent se permettre une hausse du salaire minimum à 15 $ l’heure.

Faux

Si l’on adoptait une hausse immédiate du salaire minimum à 15 $ l’heure, l’adaptation pourrait être difficile pour les entreprises, en particulier les PME. Nous ne proposons pas une telle chose! Les économistes, de gauche comme de droite, s’entendent pour dire que les hausses du salaire minimum doivent être graduelles et annoncées longtemps d’avance. C’est pourquoi les États et les villes des États-Unis qui ont récemment décidé d’augmenter leur salaire minimum le font sur des échéanciers de trois à cinq ans.

De plus, l'augmentation du salaire minimum entraîne une hausse de la consommation. En effet, les nouveaux revenus des personnes au salaire minimum sont immédiatement dépensés dans l’économie réelle, là où les PME sont très présentes.

La hausse du salaire minimum représente un coût que les employeurs vont refiler aux consommateurs en augmentant leurs prix.

Faux

Une quantité étonnante de variables entrent en compte pour déterminer le prix d’un bien ou d’un service, notamment le prix du pétrole. Faire un lien direct et automatique entre une augmentation du salaire minimum et une hausse de prix est donc simpliste. En 2011, des chercheurs américains ont estimé qu’en fixant le salaire minimum de l’entreprise à 12 $, Wal-Mart n’aurait qu’à hausser ses prix de 1,1 % pour maintenir le même niveau de profits.

Finalement, la compétition dans le domaine des services est très féroce, ce qui fait en sorte qu’une entreprise qui hausse trop ses prix se met dans une situation désavantageuse par rapport à ses compétiteurs.

Un salaire minimum trop élevé encourage le décrochage scolaire.

Faux

Comme sur la question des pertes d’emploi, il n’y a pas de consensus scientifique sur les impacts d’une hausse du salaire minimum sur le décrochage scolaire. Certaines recherches estiment qu’il existe un très faible lien entre ces deux phénomènes, alors que pour d’autres, il n’y en a aucun.

L’économiste Pierre Fortin a suggéré d’établir un salaire minimum moins élevé pour les adolescents afin de contrer le décrochage scolaire. Cette proposition n’est ni plus ni moins qu’une forme de discrimination basée sur l’âge qui irait probablement à l’encontre de la Charte canadienne des droits et libertés.

Foire aux questions

Posez votre question

Vous n’avez pas trouvé de réponse à une de vos interrogations? Aidez-nous à rendre cette section plus complète en posant votre question à l’aide du formulaire ci-contre.

* Votre adresse courriel ne sera en aucun moment partagée à de tierces parties et demeurera confidentielle.